CSA : Suivi de la mémoire et des performances (Sur site uniquement)

ccppmop159
L'outil d'administration système (CSA)permet de surveiller les performances du système, de gérer les allocations de mémoire physique sur chaque serveur d'un cluster et d'analyser les serveurs de base de données pour garantir des performances optimales au niveau de la base de données.
2
Surveillance des performances du système
Vous pouvez suivre les performances du système à l'aide de l'outil d'administration système CSA. Vous pouvez collecter et stocker des données sur les serveurs
PPM classique
jusqu'à ce qu'elles soient analysées et déplacées dans
PPM classique
.
Fonctionnement des sessions de suivi des performances
  • Lorsqu'une session est démarrée, les appels vers un serveur
    PPM classique
    ou vers des serveurs à partir des postes de travail d'utilisateur sont suivis et enregistrés. L'analyse est réalisée sur les données à la fin de la session. Vous pouvez accéder aux résultats d'analyse à partir de la page de
    suivi
    des performances qui catalogue les différentes sessions.
  • Pour chaque appel, l'analyse fournit les temps de réponse en millisecondes et le volume de données en octets.
  • Vous pouvez lancer une nouvelle session immédiatement, la démarrer plus tard à la demande ou la planifier pour qu'elle démarre à un moment donné.
  • Vous pouvez définir la durée de la session.
  • Une seule session à la fois peut être démarrée et dans le statut
    Collecte de données
    .
  • Tous les services d'un cluster sont inclus dans la session de suivi des performances. Pendant la session, vous pouvez interrompre le suivi des différents services.
  • Une fois qu'une session démarre, vous ne pouvez pas la redémarrer, même si la session est arrêtée ou a terminé l'analyse. Vous pouvez utiliser le bouton Enregistrer sous sur la page de propriétés de la session pour enregistrer ses paramètres sous un nouveau nom de session, puis démarrer la nouvelle session.
  • Vous pouvez enregistrer et suivre les données de chaque utilisateur. Le fait de suivre un nombre élevé d'utilisateurs peut affecter les performances du système même.
  • Vous pouvez suivre les données des niveaux 1 à 10. Chaque niveau successif fournit des informations à un niveau plus élevé dans le système. Si vous choisissez de suivre les performances au niveau le plus détaillé (10), les performances du système même peuvent être affectées.
Création de sessions de suivi des performances
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Sous Performance, cliquez sur Suivi des performances.
  3. Cliquez sur Créer.
  4. Remplissez les champs suivants :
    • Nom de la session
      Définit le nom de la session.
    • Description
      Définit la description de la session. Ces informations s'affichent dans la liste des sessions sur la page de
      suivi des performances
      .
    • Options de démarrage
      Indique le moment où la session démarre. Si vous sélectionnez Planifié, utilisez le sélecteur de dates pour sélectionner la date de début. Sélectionnez l'heure de début (en heures et en minutes).
      Valeurs
      : Immédiatement, A la demande ou Planifié(e).
    • Durée
      Spécifie la durée de la session. Vous pouvez utiliser les champs dans la combinaison pour indiquer la durée exacte.
      Champs
      : Jours, Heures et Minutes
    • Niveau de suivi
      Sélectionnez un nombre de 1 à 10 pour indiquer le niveau de détail à suivre. Si vous sélectionnez le niveau le plus faible (1), seul le nom de l'appel est répertorié dans les données d'analyse pour la session. Les données incluses dans la liste des appels (temps de réponse et volume de données) sont les mêmes, indépendamment du niveau sélectionné. Si vous voulez afficher les données de la liste d'appels à un niveau plus détaillé, vous devez sélectionner un niveau de suivi plus élevé pour collecter et afficher davantage de détails. Pour chaque niveau de suivi supplémentaire sélectionné, un autre niveau est ajouté à l'arborescence disponible pour chaque appel. Le niveau de suivi 10 est égal à tous les niveaux disponibles. Les informations qui s'affichent dans l'arborescence pour un appel spécifique peuvent varier en fonction de la complexité de l'appel. Un niveau de suivi plus élevé collecte plus de détails sur les performances mais consomme plus de ressources.
    • Suivi de chaque utilisateur
      Indique si les informations sont enregistrées sur chaque utilisateur et les actions liées dans
      PPM classique
      .
    • Analyse des données immédiatement après l'achèvement
      Indique le démarrage de l'analyse des données immédiatement après la fin de la session.
    • Centile de temps de réponse
      Définit le centile pour lequel les temps de réponse les plus lents sont affichés. Par exemple, si vous indiquez 90 pour cent, seuls les temps de réponse qui tombent en dessous du 90e centile sont affichés. 10 pour cent des réponses qui sont plus rapides que le 90e centile ne sont pas traitées.
  5. Enregistrez les modifications.
Arrêt des sessions de suivi des performances
Un administrateur disposant des droits appropriés peut interrompre une session manuellement à tout moment. Pour l'arrêter, vous ne devez pas être celui qui a créé ou démarré une session.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Ouvrez Performance et cliquez sur Suivi des performances.
  3. Dans la ligne qui contient la session, cliquez sur Arrêter.
Arrêt d'une session de suivi des performances pour un service
Un administrateur disposant des droits appropriés peut arrêter manuellement et à tout moment une session de suivi des performances pour un service sans arrêter la session.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Ouvrez Performance et cliquez sur Suivi des performances.
  3. Cliquez sur le nom de la session.
  4. Dans la section Services, localisez le service pour lequel vous souhaitez mettre fin à la session et cliquez sur le lien Interrompre situé sur la ligne.
Affichage des résultats de la session
Vous pouvez afficher les résultats d'une session de suivi des performances suite à l'analyse de la session. Les temps de réponse des données et le volume de données pour chaque appel vers le serveur sont indiqués. La quantité d'informations qui s'affiche dans la liste dépend du niveau de suivi sélectionné. Vous pouvez développer un appel de la liste pour afficher des informations supplémentaires.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Ouvrez Performance et cliquez sur Suivi des performances.
  3. Sur la ligne qui contient la session, cliquez sur Afficher les résultats.
    La page des résultats s'affiche. L'onglet Présentation indique les propriétés définies initialement pour la session et les statistiques pour un service sélectionné.
  4. Si plusieurs services sont en cours d'exécution, sélectionnez celui dont vous souhaitez afficher les résultats dans le champ
    Service
    .
  5. Cliquez sur l'onglet Analyse.
Comparaison de sessions
Vous pouvez comparer les résultats de deux sessions dans la liste. Vous pouvez effectuer des comparaisons pour des sessions différentes sur le même service ou sur des services différents. L'analyse de la première session est affichée dans l'onglet Analyse au format standard. La comparaison de la deuxième session est affichée sous forme de pourcentage d'augmentation ou de diminution suivant immédiatement chaque statistique de données affichée pour la première session.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Ouvrez Performance et cliquez sur Suivi des performances.
  3. Dans la liste des sessions, sélectionnez les deux sessions que vous souhaitez comparer et cliquez sur Comparer.
    La page de comparaison apparaît.
    La section Sessions de la page indique la session qui sert de base et celle qui est la comparaison. Pour sélectionner un service autre que la valeur par défaut pour une session, cliquez sur la liste déroulante dans la colonne
    Service
    .
  4. Cliquez sur Inverser la comparaison pour modifier l'ordre entre la session servant de base et la session servant de comparaison.
  5. Utilisez le filtre de liste dans la section Filtre Analyse des performances pour limiter les données qui s'affichent dans la liste.
Gestion de la mémoire
Il est important d'allouer suffisamment de mémoire physique à chaque serveur d'un cluster
PPM classique
. La quantité de mémoire physique requise dépend de la configuration du cluster, des services en cours d'exécution et du nombre d'utilisateurs pris en charge par le cluster.
La mémoire physique installée sur le serveur doit être supérieure à la mémoire réellement utilisée par
PPM classique
. Ne comptez pas sur la mémoire virtuelle, car les performances se détériorent en raison du besoin pour le système d'exploitation d'échanger la mémoire avec le disque, ce qui entraîne un ralentissement significatif du système.
Surveillance de la consommation de mémoire et des performances
Vous pouvez surveiller la consommation de la mémoire sous UNIX pour chaque processus ou pour le serveur global, grâce à des commandes telles que top ou prstat.
Dans les environnements Microsoft Windows, utilisez le Gestionnaire des tâches de Windows. Accédez à l'onglet
Processus
pour connaître la consommation de mémoire pour chaque processus ou à l'onglet
Performances
pour afficher la configuration et la consommation de mémoire pour l'ensemble du serveur.
Pour plus d'informations sur l'utilisation du gestionnaire de tâches Microsoft Windows, consultez l'Aide de cet outil.
Conservation d'une mémoire suffisante
Comme pour toutes les autres applications, allouez suffisamment de mémoire physique à chaque serveur d'un cluster
PPM classique
. La quantité de mémoire physique requise dépend de la configuration du cluster. Vous devez, par exemple, prendre en compte les services en cours d'exécution sur les différents serveurs et les éléments de l'implémentation devant être pris en charge. Suivez la règle suivante : la mémoire physique installée sur le serveur doit être supérieure à la mémoire réellement utilisée par
PPM classique
. Ne comptez pas sur la mémoire virtuelle, car les performances se détériorent en raison du besoin pour le système d'exploitation d'échanger la mémoire avec le disque, ce qui entraîne un ralentissement significatif de l'application.
  • Vous pouvez vérifier la consommation de mémoire sous Unix pour chaque processus ou du serveur global, grâce à des commandes telles que top ou prstat.
  • Dans les environnements Microsoft Windows, utilisez le Gestionnaire des tâches de Windows. Accédez à l'onglet Processus pour connaître la consommation de mémoire pour chaque processus ou à l'onglet Performances pour afficher la configuration et la consommation de mémoire pour l'ensemble du serveur.
Pour modifier l'allocation de mémoire pour d'autres services comme Oracle et Microsoft SQL Server, consultez la documentation relative à l'administration de chaque produit.
Arrêtez le service avant de modifier les paramètres de mémoire et redémarrez-le lorsque vous avez terminé.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Sélectionnez le serveur respectif à l'aide de Cluster - Serveurs.
  3. Effectuez l'une des actions suivantes :
    • Pour ajuster la mémoire sur le serveur d'applications, sélectionnez l'onglet Application.
    • Pour ajuster la mémoire sur le serveur d'arrière-plan, sélectionnez l'onglet Arrière-plan.
  4. Entrez la nouvelle allocation de mémoire dans le champ Paramètres de machine virtuelle Java, puis enregistrez.
  5. Cliquez sur l'onglet Services.
  6. Redémarrez les services app et bg.
Limitation de la consommation de mémoire de Microsoft SQL Server
Au fil du temps, le serveur Microsoft SQL Server consomme la totalité de la mémoire système physique disponible, voire plus. Cela aboutit à une pagination de niveau de système d'exploitation qui ralentit significativement les opérations de la base de données. Meilleure pratique : limitez la quantité de mémoire requise par Microsoft SQL Server pour l'allocation.
Selon la version, vous pourrez réserver environ 200 Mo de mémoire pour le système d'exploitation. Supposons que Microsoft SQL Server soit la seule application en cours d'exécution. Allouez 90 % de la mémoire système restante à Microsoft SQL Server. Imaginons que votre système dispose d'une mémoire de 2 Go. Une fois que vous avez alloué la mémoire de système d'exploitation, vous disposez d'environ 1,8 Go de mémoire restante. Allouez environ 1,6 Go (90 % de 1,8 Go) à Microsoft SQL Server.
Procédez comme suit :
  1. Ouvrez l'application Microsoft SQL Server Enterprise Manager, puis cliquez avec le bouton droit de la souris sur le serveur et sélectionnez Propriétés.
  2. Sélectionnez l'onglet Mémoire. Ajustez la barre de défilement dans la section Configuration dynamique de la mémoire SQL Server vers le paramètre maximum calculé.
  3. Cliquez sur OK pour confirmer les modifications.
Pour plus d'informations sur la configuration du système Microsoft SQL Server, consultez le site Web Microsoft TechNet.
Ajustement de l'allocation de mémoire
Avant d'ajuster la mémoire allouée à un service d'arrière-plan ou à
PPM classique
, vous devez d'abord arrêter le service. Après avoir ajusté la mémoire, redémarrez le service. Pour modifier l'allocation de mémoire des autres services, tels que Oracle et Microsoft SQL Server, consultez la documentation d'administration respective.
Procédez comme suit :
  1. Connectez-vous à l'outil d'administration du système.
  2. Ouvrez la page d'accueil et cliquez sur Serveurs.
  3. Cliquez sur le nom du serveur pour lequel vous souhaitez ajuster la mémoire.
  4. Cliquez sur l'onglet Services.
  5. Activez la case à cocher en regard d'un service à modifier, puis cliquez sur Arrêter.
  6. Pour modifier les paramètres de mémoire de
    PPM classique
    , procédez comme suit :
    1. Cliquez sur l'onglet Propriétés.
    2. Cliquez sur le sous-onglet Application.
    3. Dans le champ Paramètres de machine virtuelle Java, modifiez l'allocation de mémoire et enregistrez.
  7. Pour modifier les paramètres de mémoire du service d'arrière-plan, procédez comme suit :
    1. Cliquez sur l'onglet Propriétés.
    2. Cliquez sur le sous-onglet Arrière-plan.
    3. Dans le champ Paramètres de machine virtuelle Java, modifiez l'allocation de mémoire et enregistrez.
  8. Cliquez sur l'onglet Services.
  9. Activez la case à cocher en regard d'un service que vous avez modifié et cliquez sur Démarrer.
Vérification du débit d'E/S du disque adéquat
PPM classique
est un environnement mixte avec la large gamme d'activités suivante :
  • Traitement transactionnel en ligne (OLTP)
    Saisie des feuilles de temps, saisie des transactions financières, collaboration sur des documents, planification de la capacité
  • Traitement par lot
    Enregistrement des transactions dans les données financières, Extraction du magasin de données et Importation des charges financières constatées.
  • Analyse des données
    Rapports, requêtes, graphiques et grilles
La plupart de ces activités présentent une quantité acceptable de charge lecture/écriture sur le serveur de la base de données. Nous vous recommandons d'autoriser le débit maximum pour ces opérations. Configurez votre serveur de base de données avec une configuration de disque RAID 0+1. Cette configuration fournit un rayage des disques et le mécanisme de basculement approprié pour les problèmes de disque.
Optimisation des performances de la base de données
Utilisez les techniques ci-dessous pour analyser les serveurs de base de données et garantir des performances de base de données optimales.
Analyse du schéma de base de données Oracle
Pour analyser le schéma de base de données, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes :
  • Utilisez le job d'analyse de tables Oracle. La planification de ce job est soumise aux exigences ci-dessous :
    • Vous devez disposer des droits d'accès nécessaires pour exécuter ce job ou faire partie du groupe Administrateur de rapports et de jobs.
    • Vous devez faire partie du groupe Utilisateurs du job pour avoir accès à la page Rapports et jobs.
      Exécutez ce job au moins une fois par semaine pendant une période d'activité d'utilisateur plus faible, comme peut l'être une nuit pendant le week-end.
  • Utilisez l'utilitaire de ligne de commande admin db analyze. En général, il est inutile d'utiliser cette méthode sur le job. Cette méthode exécute la même commande d'analyse que celle effectuée par le job planifié. Toutefois, lors de l'application d'un correctif ou d'un patch
    PPM classique
    , il peut être nécessaire d'analyser la base de données sans faire fonctionner
    PPM classique
    .
  • E/S directe et asynchrone
    Les opérations d'E/S dans les systèmes UNIX et Linux passent généralement par le cache du système de fichiers. Bien que cela ne pose pas de problème en soi, ce traitement supplémentaire requiert des ressources. Le non-recours au cache du système de fichiers réduit les besoins d'UC et libère le cache du système de fichiers qui peut alors être utilisé pour d'autres opérations non liées aux fichiers de base de données. Les opérations relatives aux unités brutes ignorent automatiquement le cache du système de fichiers.
    Lorsqu'une demande d'E/S synchrone est soumise au système d'exploitation, le processus d'écriture se bloque jusqu'à ce que l'écriture soit terminée, puis reprend. En cas d'E/S asynchrones, le traitement continue parallèlement à l'envoi et au traitement de la demande d'E/S. Cela permet aux E/S asynchrones de contourner une partie des goulots d'étranglement des performances associés aux opérations d'E/S.
    Oracle utilise le paramètre FILESYSTEMIO_OPTIONS pour tirer parti des E/S directes et asynchrones sur les plates-formes prises en charge. Valeurs possibles :
    • ASYNCH : E/S asynchrones activées dans la mesure du possible
    • DIRECTIO : E/S directes activées dans la mesure du possible
    • SETALL : E/S directes et E/S asynchrones activées dans la mesure du possible
    • NONE : E/S directes et asynchrones désactivées
    Meilleure pratique :
    SETALL
  • Analyse du rapport AWR
    Générez un rapport Oracle AWR ou Statspack et analysez-le. Vérifiez les tailles PGA et SGA et ajustez-les comme il convient.
    Examinez le nombre de permutation des fichiers redo, la meilleure pratique consistant à disposer de 2 à 3 permutation des fichiers redo par heure.
Définition de la vitesse de l'UC en vue d'améliorer les performances d'Oracle 11g
L'optimiseur fourni avec Oracle 11g utilise l'UC et des opérations de lecture pour déterminer le coût d'une requête. De plus, il utilise des caractéristiques de charge système pour essayer de réduire la charge globale. Si le paramètre de vitesse d'UC n'est pas défini, l'optimiseur fonctionne mal. Pour définir la vitesse d'UC, exécutez les stats du système de collecte comme suit :
execute dbms_stats.gather_system_stats('Start'); -- <some time delay while the database is under a typical workload> execute dbms_stats.gather_system_stats('Stop');
Définition de paramètres Oracle 11g supplémentaires en vue d'améliorer les performances
Le paramètre suivant a été testé et les résultats indiquent qu'il améliore les performances lors de l'exécution de
PPM classique
sur un serveur Oracle 11g. Ce paramètre est un paramètre de
réglage
facultatif, qui garantit des performances adéquates au niveau de la base de données.
CURSOR_SHARING=FORCE Oracle init parameter
La définition de ce paramètre sur FORCE entraîne principalement la réécriture des requêtes exécutées et le remplacement des littéraux par des valeurs de liaison. Si les requêtes exécutées sont identiques (bien que les valeurs soient différentes), seule une requête partagée est créée et est partageable et utilisée pour toutes les sessions. Cela transforme un hard parse en un soft parse. L'analyse optionnelle (soft parse) le pool partagé dans une mesure moindre que l'analyse ferme (hard soft) et offre donc un gain de performances. Regardez l'AWR d'Oracle pour que l'analyse de requête excessive détermine s'il s'agit d'un paramètre que vous devriez essayer d'utiliser.
Analyse du schéma de base de données Microsoft SQL Server
Tout comme le serveur Oracle, Microsoft SQL Server a besoin de statistiques de table et d'index pour exécuter efficacement les instructions SQL. En tant qu'administrateur de la base de données SQL Server, vous devez créer un job SQL Server en vue de la mise à jour des statistiques et de la réindexation et exécuter ce job régulièrement.
Activation de l'option parallèle de magasin de données
L'extraction du magasin de données est le principal consommateur d'E/S puisqu'il doit détecter les modifications incrémentielles dans les tables transactionnelles, puis les écrire dans les tables de génération de rapports du Magasin de données. Dans un environnement client classique, il y a suffisamment d'alimentation d'UC disponible pour lancer plusieurs processus parallèles ayant accès aux disques en parallèle, en réduisant ainsi l'ensemble des exécutions du Magasin de données.
Garantie d'une disposition optimale des fichiers du serveur de base de données
Les performances des serveurs Oracle et Microsoft SQL Server sont nettement supérieures lorsque leurs fichiers de table sont séparés des fichiers d'index. Séparez les fichiers journaux des deux autres. Utilisez la procédure ci-dessous pour assurer la disposition optimale des fichiers de serveur de base de données :
  1. Placez les fichiers de données d'espace disque logique de table Oracle sur des disques autres que ceux sur lesquels se trouvent les fichiers de données d'espace disque logique d'index.
  2. Créez des groupes de fichiers distincts pour les tables et les index, puis mettez-les sur des disques différents.
  3. Migrez les index vers un nouveau groupe de fichiers d'index.
Fichiers de données d'espace disque logique Oracle
Nous recommandons d'utiliser l'option ASSM (Automatic Segment Space Management) avec activation de l'extension automatique pour améliorer et automatiser la gestion de l'espace au sein des segments. ASSM offre une facilité de gestion et des performances supérieures par rapport à la gestion de l'espace basée sur les listes libres. Pour plus d'informations sur ASSM, consultez la documentation Oracle.
Fichiers de données d'espace disque logique de SQL Server
Créez des groupes de fichiers distincts pour les tables et les index, puis mettez-les sur des disques différents. Placez les journaux de transaction sur un autre ensemble de disques.
Migration des index
PPM classique
vers un nouveau groupe de fichiers d'index
Procédez comme suit :
  1. Ouvrez Microsoft SQL Server Enterprise Manager.
  2. Sauvegardez la base de données
    PPM classique
    .
  3. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la base de données
    PPM classique
    et cliquez sur Propriétés.
  4. Cliquez sur l'onglet Fichiers de données.
  5. Cliquez sur la nouvelle ligne en dessous du nom de fichier
    PPM classique
    _Data et entrez les informations suivantes :
    • Classic PPM_Idx comme nom de fichier.
    • Le deuxième emplacement de disque correct pour le fichier nommé Classic PPM_Idx_Data.NDF.
    • Une valeur pour l'espace alloué (la valeur doit correspondre à 50 % de l'allocation du fichier de données principal ou plus).
    • IDX en regard du nom de groupe de fichiers.
    Le nom que vous utilisez ne doit pas être un mot clé Microsoft SQL Server de type INDEX.
    Ne modifiez aucun autre paramètre par défaut.
  6. Pour créer le nouveau fichier de données et le nouveau groupe de fichiers, lorsque toutes les valeurs sont entrées, cliquez sur OK.
  7. Pour vérifier que le fichier de données et les groupes de fichiers sont créés, cliquez sur la base de données
    PPM classique
    .
  8. Cliquez sur l'onglet Fichiers de données et vérifiez que le nouveau fichier de données est créé. Vérifiez que toutes les valeurs que vous avez entrées sont présentes et correctes.
  9. Cliquez sur l'onglet Groupes de fichiers et vérifiez que le nouveau groupe de fichiers entré existe. Le groupe de fichiers par défaut doit être PRIMARY.
  10. Connectez-vous à la base de données
    PPM classique
    à l'aide de l'Analyseur de requêtes SQL en tant qu'utilisateur niku db.
  11. Exécutez la procédure stockée CMN_MIGRATE_MSSQL_INDEXES_SP en prenant comme paramètre le nouveau groupe de fichiers :
    EXECUTE CMN_MIGRATE_MSSQL_INDEXES_SP 'IDX'
    Lorsque cette procédure stockée est exécutée, tous les index provenant du groupe de fichiers PRIMARY sont déplacés vers le groupe de fichiers IDX sur le deuxième disque.
    Le fait d'exécuter cette procédure stockée peut prendre un temps significatif en fonction de la taille de la base de données.